L'Etre: revue d'art et de lettres modernes
Accueil > Poésie > Poésie
Étourdissants Regards
par 
Présentation de l'auteur Sandrine Erdely-Sayo
«

Sandrine Erdely-Sayo est pianiste, concertiste. Elle réside à Philadelphie, aux Etats-Unis. Lauréate de plusieurs concours internationaux en France, en Italie et aux Etats-Unis, elle reste, à treize ans, la plus jeune récipiendaire du Prix du Ministre de la Culture Français. Elle joue dans le monde entier en tant que soliste, en musique de chambre et avec orchestre. Après ses études au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris et à l’Université des Arts de Philadelphie, Sandrine se consacre aux concerts, à l’enseignement, à la lecture et à l’écriture. Sa pensée philosophique s’accorde à son jeu pianistique et à sa pensée musicale. Elle prépare pour l’automne prochain un disque de musique française avec au programme des œuvres de Franck, Debussy, Ravel, Manen, Fauré et Poulenc.

»
 
1 page | 281 lecteurs
Temps de lecture
Temps de lecture: 1-5 minutes
  |   Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères      |   | 
Plus d'informations sur Étourdissants Regards 
Je regardais tes yeux au travers d’une rose,
Pour en cueillir un mot, le colorier en prose,
Glisser sous ton regard des pétales d’hypnose,
Effleurant de douceur des sons, parfums d’osmose.

Tu regardais les miens, toi, mon grand magicien,
Caressant mes pensées, tu n’avais peur de rien,
Sculptant des frénésies dans des modes lydiens,
Dans des modes doriens, toi, mon doux musicien.

Je regardais tes yeux sourire aux harmonies,
Pour inviter des joies, des passions, des envies,
Chanter sans voix, sans cri, des couleurs de folies,
Dessinant d’un désir des lettres étourdies.

Tu regardais les miens, toi, mon tendre poète,
Envoûtant mes ardeurs, tu avais des préceptes,
Dansant dans des élans à en perdre la tête,
Pour des enchantements, toi, mon divin prophète.

Je regardais tes yeux de feu, d’évocation,
Pour des destins secrets d’espoir d’exaltation,
Peindre une âme inspirée en reflets d’émotion,
Diluant un vertige en fugue, en illusion.

Tu regardais les miens, toi, mon fervent danseur,
Provoquant mon esprit d’un accent intérieur,
Incitant l’inflexion d’éternelles lueurs,
Au travers d’une fleur, toi, mon homme au grand cœur.

L'Etre | Début de page