L'Etre: revue d'art et de lettres modernes
Accueil > Poésie > Poésie
Les Mots dans la « sauce y étaient »
par 
Présentation de l'auteur Sandrine Erdely-Sayo
«

Sandrine Erdely-Sayo est pianiste, concertiste. Elle réside à Philadelphie, aux Etats-Unis. Lauréate de plusieurs concours internationaux en France, en Italie et aux Etats-Unis, elle reste, à treize ans, la plus jeune récipiendaire du Prix du Ministre de la Culture Français. Elle joue dans le monde entier en tant que soliste, en musique de chambre et avec orchestre. Après ses études au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris et à l’Université des Arts de Philadelphie, Sandrine se consacre aux concerts, à l’enseignement, à la lecture et à l’écriture. Sa pensée philosophique s’accorde à son jeu pianistique et à sa pensée musicale. Elle prépare pour l’automne prochain un disque de musique française avec au programme des œuvres de Franck, Debussy, Ravel, Manen, Fauré et Poulenc.

»
 
1 page | 324 lecteurs
Temps de lecture
Temps de lecture: 1-5 minutes
  |   Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères      |   | 
Plus d'informations sur Les Mots dans la « sauce y étaient » 

Mais…
S’ils étaient doux et tendres, plaisants à entendre,
Ils se sont déguisés en simples taches d’encre.
Devenus courts et secs, ils ne peuvent surprendre.
Les mots ont égaré leurs lettres pour se pendre.

Les accents retirés, les accidents sont nés.
L’homme robotisé a perdu ses réflexes ;
L’accent grave aggravé s’en retourne éprouvé
Se cache tristement sous l’accent circonflexe.

Servant à exprimer des idées corrompues,
Dans notre société, ils crient, ils pleurent, ils tuent ;
Donnant aux corps rompus un goût bien ambigu,
Ils altèrent des faits en un art dissolu.

Nous les raccommodons pour nous accommoder.
S’accommoder à quoi ? À rien, à tout, à soi …
Nous les désagrégeons pour mieux les abréger ;
Devenus condensés, ils perdent âme et foi.

Ne prenant plus le temps de faire de longs mots,
La phrase se transforme en ciment, en grumeaux ;
Douceurs et mélodies sont devenues fardeaux,
Les mots ne sont plus rien, une brume, un écho.

Que d’émaux de mots doux que nous déclamerons
Quand nous aurons compris le sens de notre vie !
Que d’émaux de mots fous que nous acclamerons
Quand nous aurons conquis nos défis, nos envies !

La sauce ayant tourné, la société est née.


L'Etre | Début de page