L'Etre: revue d'art et de lettres modernes
Accueil > Fiction > Fiction
Nuages
par 
 
1 page | 773 lecteurs
Temps de lecture
Temps de lecture: 1-5 minutes
  |   Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères      |   | 
Plus d'informations sur Nuages 
Nuages par
C’est son voisin, un ancien militaire proche de la retraite et qu’on avait recasé en attendant au bureau de communication des pompiers de Paris, qui avait conseillé à Hugues Chandelier de proposer ses services à cette école de création graphique.
Ils avaient fait connaissance en promenant leur chien. Chaque dimanche soir, entre neuf et dix, à l’heure où les téléviseurs flamboyaient à plein tube dans les appartements, ils se retrouvaient tous les quatre - Hugues Chandelier et son teckel, le voisin et son grœnendael- au bas de l’immeuble, pour laisser les animaux folâtrer sans laisse dans les rues désertes du quartier.
  •  A l’époque, mais vous aviez des généraux qui n’avaient pas vingt-sept ans !… A quarante, vous étiez un vieillard !…
    Les guerres napoléoniennes et l’histoire secrète de l’Union Soviétique : l’ancien militaire était incollable là-dessus. Et sa conversation n’était entrecoupée que par le rappel des chiens et les critiques acides soufflées sur le ton de la confidence contre la gardienne de leur immeuble.

    On évitait généralement toute allusion à la vie privée. Mais quand le voisin lui avait proposé de faire avec lui une commande groupée pour profiter d’une offre de son comité d’entreprise sur des caisses de vin à prix cassés, Hugues Chandelier avait fini par lui avouer qu’il n’avait plus de travail, que son contrat au service de la documentation technique du Ministère de l’Equipement ne serait pas renouvelé et qu’il venait juste de l’apprendre par une lettre lapidaire signée d’un gribouillis indéchiffrable. De nouveau, il allait devoir prendre son bâton de pèlerin, tirer les sonnettes dans l’espoir de trouver suffisamment d’activité pour faire face au loyer, aux mensualités du plan d’épargne-logement, aux factures de téléphone, d’électricité, d’eau… Le salaire d’Agnès, sa jeune épouse, ne suffirait pas. Et il ne lui avait encore rien dit.

  • Cliquez ici pour obtenir le texte intégral de Nuages


    © Jean Plasmans. 2005.


     
    Réelle Fiction
    Retrouvez les textes de
    Jean Plasmans
    dans la revue
    Réelle Fiction
    L'Etre | Début de page