L'Etre: revue d'art et de lettres modernes
Accueil > Poésie > Poésie
Regard sur Evariste
par 
Présentation de l'auteur Sandrine Erdely-Sayo
«

Sandrine Erdely-Sayo est pianiste, concertiste. Elle réside à Philadelphie, aux Etats-Unis. Lauréate de plusieurs concours internationaux en France, en Italie et aux Etats-Unis, elle reste, à treize ans, la plus jeune récipiendaire du Prix du Ministre de la Culture Français. Elle joue dans le monde entier en tant que soliste, en musique de chambre et avec orchestre. Après ses études au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris et à l’Université des Arts de Philadelphie, Sandrine se consacre aux concerts, à l’enseignement, à la lecture et à l’écriture. Sa pensée philosophique s’accorde à son jeu pianistique et à sa pensée musicale. Elle prépare pour l’automne prochain un disque de musique française avec au programme des œuvres de Franck, Debussy, Ravel, Manen, Fauré et Poulenc.

»
 
1 page | 322 lecteurs
Temps de lecture
Temps de lecture: 1-5 minutes
  |   Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères      |   | 
Plus d'informations sur Regard sur Evariste 
Regard sur Evariste par
Oh ! Cerveau de génie aux couleurs de l’algèbre,
Vous êtes parti tôt emportant des mystères,
Usant l’intelligence en servante du cœur,
Compagne du travail, toi douleur, toi malheur !

Flamme vous animait vers les mathématiques,
Vous étiez entouré de gens peu sympathiques.
Legendre, Lagrange vous ouvrirent les yeux,
Inspirant vos désirs aux nombres rigoureux.

Vous avez tant souffert de la précocité,
On vous a éloigné comme un simple étranger.
Puissance fulgurante aux calculs harmonieux,
C’est dans la solitude où vous vous sentiez mieux.

S’il s’était trouvé âmes douces et charmantes
Qui voulussent aider vos théories brillantes,
Protéger les bienfaits d’un aussi grand talent,
Vous auriez, cher Galois, gagné beaucoup de temps.

Forêt de théorèmes, fleuve d’équations,
Vos chiffres dans le ciel sont illuminations.
Voie du polygone, apothème grandiose,
Nous jouons vos accords au cri d’apothéose.

Grand romantique à l’esprit révolutionnaire,
Votre géométrie était bien solitaire.
L’amour n’a pas souri à votre destinée,
Une aubade tragique est partie en fumée.

Mémoires - testament aux fonctions algébriques,
Nous gardons dans le coeur un air bien dramatique.
Votre esprit Galoisien restera éternel,
Converti à jamais au monde Universel.

© Sandrine Erdely-Sayo.

L'Etre | Début de page