Approches de l'autre vie Agrandir l'image

Approches de l'autre vie

APVI

Suite à la faillite de sa vie conjugale et aux difficultés financières qui l’assaillent, un écrivain décide de renoncer à sa vocation.

Plus de détails

0,29 €

Lire la première page

Page 1/22

Triste, sale, gris: il faisait un de ces temps à voir Paris à travers les lunettes d'un touriste américain. Jusque dans le métro, un accordéoniste qui tombait en poussière chantait avec l'accent roumain une complainte d'Edith Piaf (qu'aucun voyageur n'avait vraiment envie d'entendre pour commencer sa journée).Ses chaussures prenaient l'eau. Cela faisait presque deux ans maintenant qu'il n'en avait pas changé. Combien avaient-elles de kilomètres au compteur? Au moins de quoi marcher jusqu'à Novossibirsk, aller-retour. Mais là, elles criaient vraiment grâce! Les semelles claquaient piteusement du bec avalant toute l'eauqui ruisselait à fleur de trottoir. L'empeigne avachie avait pris la forme d'une loque en carton bouilli maculée d'auréoles blanches. Allez vous présenter quelquepart, avec des godasses pareilles!Aussi lorsqu'il vit dans la vitrine du magasin la paire de bottines acajou (elles semblaient ronronner sous le spot qui les nimbait d'un halo de lumière bleutée),il sut tout de suite qu'il devait prendre une décision et que là se jouait son destin.De profil, elles faisaient vaguement penser à un cheval à bascule. Mais les semelles profondément crantées garantissaient une bonne adhérence au sol. Le cuir ventru que la lumière satinait délicatement appelait aux caresses et promettait un séjour intérieur douillet et rassurant. Il y avait du tank et du félin, dans ces chaussures. Elles donnaient l'impression de vouloir bondir. Le mufle arrondi semblait lui sourire et, comme les chiots des boutiques du quai de la Messaigerie, implorer: Monsieur, emmène-moi!S'il lui avait suffi d'écouter son envie, de pousser la porte du magasin et de pointer du doigt la marchandise convoitée en claironnant: En 42, s'il vous plaît!, pour repartir les pieds au sec vers… Mais ces sympathiques bottes de sept lieues ne le ramèneraient jamais chez lui. Elles le conduiraient directement vers… une autre vie. Une autre vie qui commencerait par la signature de son engagement de trois ans au Centre de Formation Professionnelle de Mayotte, ce qui lui assurait un avenir en rupture totale avec ce qu'il avait vécu pendant ces vingt-six premières années de son existence.
Le prix affiché: quatre-vingt euros. C'était à peu près la somme qui devait rester sur son compte en banque pour finir le mois. Ah! s'il acceptait ce poste à Mayotte, il pourrait se les payer tout de suite, ces chaussures, car il n'aurait aucun problème pour se faire octroyer une avance sur salaire. Il suffisait de montrer son contrat de travail à ce banquier qui l'avait à l'oeil et qui ne lui permettait plus un seul centime de découvert. Mais pour cela, il fallait accepter la proposition.

Quatre-vingt euros. Le prix de la reddition.